X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


L’entrée à l’Hôtel est à lui seul un cérémonial. Tout d’abord, le voiturier emprunte les clés de votre auto afin de la retrouver, après votre visite, prête à repartir dans le sens de la marche. Après avoir franchi le perron, le directeur de l’établissement, Yannick Aubry, vous accueille avec un large sourire courtois. Nous sommes dans l’hôtel 4**** luxe des « Barmes de l’Ours » et c’est en sa compagnie que nous accédons aux cuisines, antre secrète, où, à la manière d’une ruche, s’organise autour du chef une danse parfaitement réglée. C’est dans ces mouvements du service du soir que nous rencontrons Alain Lamaison, le chef étoilé. La coup de patte serein, le geste précis et méticuleux, Alain Lamaison vient d’apporter au « Pas de l’Ours », le restaurant de l’hôtel, sa première étoile Michelin, la première aussi pour la station tarine. Cette quête au firmament des étoiles de la gastronomie, il la connaît bien. 1 étoile à la Petite Bretonnière, 1 étoile au Cabro d’or aux Baux de Provence, Alain Lamaison parsème son chemin de poussières d’or culinaires. En poste depuis 2 ans aux « Barmes », il décline sa cuisine dans un esprit montagnard et local. Au menu, des cuisses de grenouilles accompagnées par un risotto de crozets au sarrasin ou des escargot gris de Chautagne. Yannick Aubry précise que cette étoile attendue au guide des gastronomes récompensera la cuisine bien sûr mais aussi la qualité, le service, l’accueil et l’investissement financier très important effectué dans les 3 restaurants que compte l’hôtel, composé de 75 chambres et comptant plus de cent employés. « Nous avons réussi le Grand Chelem » nous dit-il. Avec 3 tours vertes et 2 toques au Gault et Millau, cette étoile Michelin récompense tout le travail effectué. Une étape reste néanmoins à franchir pour savourer le plaisir jusqu’à la lie, « apparaître dans le classement Hôtel dans ce même guide » nous a-t-il confié.