X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Il s’appelle Ronald Richoux. A 34 ans, le bonhomme a encore le physique d’un ado mâtiné de celui du pur glisseur. Cheveux tirant sur le blond, on devine dans le bleu de ses yeux la passion du large et de l’embrun. « Jusqu’à 12 ans, j’avais peur de l’eau et puis je m’y suis fait » nous dit-il précisant ainsi ses origines proche du littoral landais. Tout a commencé par le windsurf, et sa planche d’instructeur a écumé toutes les mers du monde, de Lacanau aux Antilles en passant par Hawaï et les Canaries. Mais l’hiver, c’est à l’appel de la neige que répond cet ostéopathe. « Avec Patrick de chez Killy, j’ai mis au point un snowboard avec une voile et une plaque en alu pour tenir la voile ». Et ça marche : « L’autre jour, je suis allé sur le plans, la première fois je me suis mis des luges et j’ai vite compris pour avoir les bons appuis comme ceux des snow sans plaques » nous affirme Ronald en rajoutant « c’est la vitesse que je prends qui créé le vent et à partir de là j’arrive à faire des sauts d’un mètre cinquante. Mais je ne me sers pas du vent naturel pour être tracté » « Tout ça n’est pas forcement fait pour être utile. C’est juste un délire pour le plaisir, c’est tout ! » nous dit-il en repartant devant les yeux médusés des autres skieurs. A noter que Jean Michel Rivet, moniteur à Val, avait tenté avec autant de bonheur la même expérience. C’était en…. 1988.