X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


On s’attendait à un soleil radieux avant les traditionnelles bourrasques d’été de fin de journée, Le soleil est bien apparu en ¼ de finales puis s’est éclipsé dès les ½ finales du début d’après midi pour laisser la place à des averses intermittentes paralysant temporairement les parties. Qu’à cela ne tienne, les « pros » de la pétanque en avaient vu d’autres, et il en aurait fallu beaucoup plus pour décourager ces artistes du tir au but. Devant un public de qualité, à défaut de quantité, on a pu assister à un concours magistral, digne des maîtres en la matière. Il faut dire qu’avec sur le terrain des Champions du Monde et de France, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose qu’à du « lourd », même si ce terme s’applique plus souvent au ski qu’à la pétanque. Dans le duel opposant les 2 finalistes, c’est finalement la triplette d’Henri Lacroix qui s’est imposée devant l’Equipe de France Espoir par 13 points à 9. « Il a plu et ça a modifié un peu le terrain, il a fallu adapter son jeu » nous a dit Philippe Quintais, membre de l’équipe victorieuse et 12 fois champion du Monde. Celui-ci ressortait d’ailleurs ravi de cette victoire. « Les Masters de pétanque représente la plus belle opportunité pour faire connaître notre sport. Il y a la presse et la télévision. En plus, les 8 équipes en lice sont parmi les meilleures du monde. Elles montrent au public que la pétanque n’est pas ce que l’on croit et que ce n’est pas en rapprochant sa boule le plus près du bouchon qu’on obtient obligatoirement la victoire. Il faut savoir jouer fin et la pétanque est un vrai jeu tactique comme les échecs » insistait-il alors même qu’il était assailli par les fans pour les photos et les autographes. En ce qui concerne le résultat définitif de cette première étape des Masters, la logique est respectée car le Champion de 39 ans est aujourd’hui l’entraîneur national des jeunes contre qui il a joué à l’occasion de cette finale.