X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Une fois n’est pas coutume, la session marathon (5 heures) d’août du conseil municipal s’est déroulée au Centre des Congrès. Un des points du conseil, le PLU « Plan Local d’Urbanisation », exigeait légalement un débat et l’intervention du public. La salle du Centre Henri Oreiller se prêtant plus à ce genre d’exercice, cela fut la raison de ce choix. Parmi les grandes décisions, on retiendra dans un premier temps la création d’une 5ème ligne d’eau du grand bassin du nouveau centre nautique. Cela porte le budget prévisionnel de l’ensemble de 14,6 Millions d’Euros HT à 15,5 Millions. Le Conseil devait aussi débattre sur le Salon du 4x4. Fort des constats de cette année et de la fin du contrat avec Raphaël Audhoui, actuel organisateur, les élus ont planché sur l’avenir du Salon, se posant des questions sur le bien fondé et la continuité de l’évènement. Le conseil votait à l’unanimité moins une voix, celle de Christelle Bonnevie, la continuité du Salon sous certaines conditions. Il devra en effet se dérouler à la fin du mois de Juillet en insistant sur tous les moyens pour le mettre en œuvre dans le centre de Val et non plus sur la plaine de la Daille. La procédure légale fera qu’un appel à candidature pour l’organisation de la manifestation sera lancé dans les plus brefs délais après que la commission 4x4 de Val aura rédiger un cahier des charges précis. Le Maire, Bernard Catelan, annonçait ensuite que le juge avait transmis le 28 août dernier au préfet l’ordonnance d’expropriation de servitude permettant ainsi à la commune de pouvoir terminer les travaux engagés de la patinoire. Cela veut dire que l’astreinte qui courrait parce que le site n’avait pas été remis dans son état initial après le jugement d’arrêt des travaux devient caduc. Le maire a aussi indiqué que le jugement du tribunal d’Albertville du 8 août dernier avait rendu le montant de cette astreinte pour la période du 1er novembre 2005 au 30 juin 2006. Il s’élève à 50000 Euros alors que la demande de la copropriété incriminante de Solaise Plein Sud avait demandé la somme de 424 000 Euros. Il reste aujourd’hui au maire à négocier avec les parties concernées l’indemnité correspondant à cette expropriation. A défaut d’entente, c’est le juge qui fixera ce montant. Le maire précisait qu’à la suite du versement de celle-ci, la commune pourra commencer les travaux. Le conseil se terminait par le débat public sur le nouveau plan local d’urbanisation incluant la notion de développement durable. On retiendra de ce long débat présenté et animé par Jean Christophe Moris la possibilité d’augmenter de 1000 à 2000 lits environs la capacité d’accueil de Val et que la capacité des lits d’hôtels et résidence sera privilégiée. Benoit Launay