X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


En apprenant mercredi les reprises des compétitions féminines comptant pour la Coupe du Monde de Ski, Val d’Isère n’a pas attendu l’espace d’un répit pour se mettre au rythme des préparations des courses. A peine annoncées, les moniteurs, pisteurs et organisateurs étaient déjà sur le terrain pour préparer la neige, vérifier les filets de protections, poser les câbles de télévision et donner le coup de baguette magique faisant passer la Daille de champs de neige à celui de courses. Il faut dire que Val était dans les startings depuis près de 3 semaines. De reports en annulations, d’annulations en reprises, Emmanuelle Couder, le nouveau maître de cérémonie local qui découvrait pour la première fois les rouages de l’organisation du Critérium de la Première Neige, est passé par tous les états : « C’est le baptême du feu » nous dit-il. Pour les commerçants de Val, c’est « rien que du bonheur » nous dit Patrick Chevallot, le pâtissier local, meilleur ouvrier de France. « Les Coupe du monde de début de saison, c’est, pour nous, indispensable. Ça nous permet de rôder le personnel avant le grand rush de Noël. Et puis c’est une vraie promotion pour la station. Grâce aux images TV, tout le monde voit qu’il y a de la neige. Les années où il n’y a pas eu de Critérium, on a vu la différence en terme de fréquentation jusqu’en fin de saison ». Michel Giraudy, le directeur de station, analyse la reprise de ces Coupes du Monde comme étant une aubaine pour le monde du ski en général : « Reprendre des épreuves internationales, c’est bien, mais ça dépasse le stade de Val d’Isère car il s’agit là d’une information positive qui rayonne sur tout le ski en France. Les retombées d’un tel évènement en début de saison vont permettre d’aider les stations françaises à maintenir leurs excellentes prévisions sur le remplissage touristique de l’hiver ». Aujourd’hui, tout le monde est sur le pont à Val. La piste OK est pratiquement prête et les premiers entraînements de descente se dérouleront dès lundi matin.